Algeriades > 2017 > Ammar Bouras | عمار بوراس

  Ammar Bouras

La 10e Biennale de Sharjah se proposait d’investir la notion de "trahison" et son arborescence étymologique. Le plasticien Ammar Bouras y était présent avec Taghout (طاغوت), une installation multimédia sur le thème de l’intolérance qui lui donnait l’occasion d’une immersion en images et en sons dans la décennie 90 en Algérie. Dans un entretien accordé au quotidien El Watan (17/12), l’artiste s’est expliqué sur l’expression Taghout (prononcer "tarout", infidèle, mécréant), qui donne son nom à son installation : "c’est par ce mot que les islamistes, à l’époque, traitaient tous ceux qui étaient "différents" d’eux ou en opposition avec leur idéologie. Le "taghout", c’était l’enseignant, l’artiste, le journaliste, celui qui travaille dans le secteur public... C’était "l’autre" qu’on refusait, qu’on menaçait, qu’on éliminait ! "L’autre" qui n’avait pas le droit d’exister." [...] Mais en y regardant bien, l’artiste précise sa pensée en ajoutant : "ça me fait peur, car j’ai l’impression que les mêmes violences pourraient se déclencher dans l’avenir. Le pire est que nous n’avons presque rien appris de ce qui s’est passé durant les années 1990".

Photographe et vidéaste, Ammar Bouras vit et travaille à Alger. Compositeur, qui explore différents supports, Nicolas Gerber vit et travaille à Marseille. Après un séjour de "recherches cinématographiques dans le Hoggar" en octobre dernier, les deux artistes se sont retrouvés à Marseille pour deux performances (24 et 25/11).

En décembre 2006 à Alger, l’exposition "les 1001 nuits" présentait les travaux de Ammar Bouras et Noureddine Ferroukhi. Pour les besoins de son exposition de sérigraphies, photographies et peintures destinées à la Galerie Esma et d’une installation vidéo-photo "Cyber Chahrazed" au Centre Culturel Français d’Alger, Ammar Bouras s’est mis à la recherche de Cyber Schehrazed disposées à lui raconter leurs rêves, leurs expériences et leur quotidien "sans limite ni tabou !". Les candidates dont l’anonymat est garanti se sont vues demander 4 photographies qui correspondent à 4 détails au choix de leur anatomie.

Avec le souci de mettre l’art au service du sentiment et de la quête amoureuse, l’exposition "L’Etre d’amour" (2005) se voulait déjà une tentative d’investissement des échanges épistolaires amoureux par le truchement de la photographie et de la peinture. L’artiste, qui croise les ressources de la peinture, de la photographie et plus récemment de la vidéo, expose depuis 1992.

Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts d’Alger en communication visuelle (1989), puis en peinture (1994), Ammar Bouras y a enseigné la photographie de 1995 à 2006.



Vidéo > Ammar Bouras > Taghout (extrait, 3’48, Sharjah Biennial 2011)


Vidéo > Ammar Bouras > Tablod’bord (Dashboard), Video : Ammar Bouras |
Texte : Adlène Meddi (Extraits, 6’40, 2006)


Portfolio > Ammar Bouras > Tag’out


Vidéo > Ammar Bouras > Serment > Poème de Bachir Hadj-Ali (2’36)



A partir du 24 mars 2017, Ammar Bouras : "24°3’55’’N 5°3’23’’E", Ouled Fayet / Espaco Gallery


- 9 octobre - 20 novembre 2014, FesPA 2014, Alger / Musée d’art moderne et contemporain
- 7 juin 2013 - 6 janvier 2014, "Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen...", Section 10 : "La Méditerranée des années noires", Marseille / MuCEM
- 16 octobre - 3 février 2012, "25 ans de créativité arabe", Paris / Institut du monde arabe
- October 15 & 22, 2011, Tablod’bord (Dashboard) de Ammar Bouras, "Mapping Subjectivity : Experimentation in Arab Cinema from the 1960s to Now, Part II", New York / The Museum of Modern Art (MoMA)
- 16 March - 16 May 2011, 10th Sharjah Biennial
- 24 et 25 novembre 2010, "Tu n’as rien vu, presque" : Performance / Vidéo, Marseille / Grands terrains / 5e Rencontres à l’échelle
- 17 novembre 2009 - 28 février 2010, Alger / Musée d’Art moderne et contemporain (Mama) / 1er Festival international d’art contemporain (Fiac)
- 12 - 30 novembre 2009, "Focus 5/5" : Ammar Bouras, Arezki Larbi, Mustapha Nedjaï, Sadek Rahim, Malek Salah, Alger / Galerie Mohamed Racim
- 3 octobre - 10 novembre 2007, "Contact Zone", Bamako / Musée national du Mali
- 26 avril - 10 mai 2007, "5 moins 2 égal 3 fi ain chitan", Denis Martinez, Karim Sergoua, Ammar Bouras, Alger / Galerie Arts en Liberté, 40, rue Boualem Bouchafa, Kouba, Alger, Tel. : + 213 (0)21 28 65 65
- 21 décembre 2006 - 20 janvier 2007, "les 1001 nuits", Alger / Galerie Esma
> "cyber chahrazed", Centre Culturel Français d’Alger
- 4 - 14 mars 2006, 17è Festival Travelling de Rennes
- 14 février - 7 mars 2005, "L’Etre d’amour", Galerie Esma, Riadh el-Feth, Alger, Tel. : 213 (0)21 67 13 14
- A partir du 7 février 2005, "Les Noces du loup" (Exposition collective), Bibliothèque nationale d’El Hamma, Alger, Tel. : 213 (0)21 67 57 81/85, Fax : (0)21 67 29 99
- 18 février - 7 avril 2005, "Des artistes pour novembre" (Exposition collective), La Citadelle, Alger

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.