Algeriades > 2016 > Germaine Tillion | جرمان تيليون

  Germaine Tillion : les combats d’une ethnologue

L’ethnologue Germaine Tillion figure parmi les quatre personnalités (deux hommes et deux femmes) de la résistance en France durant la Seconde Guerre mondiale, dont les cendres ont été transférées au Panthéon, le 27 mai 2015, sur décision du président François Hollande. Les autres sont Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ancienne présidente d’ATD Quart Monde et nièce du général de Gaulle, déportée à Ravensbruck, le résistant Pierre Brossolette et Jean Zay, homme politique assassiné par la milice en juin 1944.

Germaine Tillion s’est éteinte le 19 avril 2008 à son domicile de Saint-Mandé dans le Val de Marne. Elle aurait eu cent un ans le 30 mai. Après le Musée de Bretagne à Rennes (2008), l’exposition "Germaine Tillion, ethnologue et résistante" était ensuite visible au Musée de l’homme à Paris.

Tout au long de sa vie, cette ethnologue et résistante peu connue du grand public "s’est battue contre la pauvreté, la torture, la peine de mort et a lutté pour la scolarisation en Algérie, le droit des prisonniers français à étudier et celui des femmes à l’instruction". Appuyée par des photos, des objets et de nombreux documents originaux, l’exposition s’articule en trois parties qui éclairent l’itinéraire et les engagements de sa vie : "L’Algérie de Germaine Tillion", "Ethnologue en résistance" et enfin "Défendre la cause des femmes".

La première partie de l’exposition revient aux missions effectuées à partir de 1934 dans les Aurès. Encouragée par Marcel Mauss, elle a 27 ans lorsqu’elle se joint à Thérèse Rivière pour une étude sociologique d’une tribu berbère semi-nomade et sa recherche va durer jusqu’en 1940.
Plus tard missionnée par le gouvernement français aux premières heures de la guerre d’Algérie, elle découvre l’exode des paysans appauvris et la misère des bidonvilles. Elle préconise des mesures d’urgence en matière d’éducation populaire et sera à l’origine de la création des Centres sociaux. Durant cette période, elle donne de la voix contre la montée de la violence contre les civils et l’usage de la torture.

Entre ces deux séjours algériens, elle retourne en France en mai 1940 et s’engage dans la résistance en intégrant l’embryon du futur réseau du musée de l’Homme. Arrêtée en août 1942, elle est déportée en octobre 1943 à Ravensbrück où elle passera un an et demi en captivité au block des NN, Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), l’élite intellectuelle du camp. L’ethnologue va "mobiliser l’expérience acquise en Algérie pour mieux analyser la structure du camp", "comprendre la logique de son fonctionnement" et "déchiffrer ce terrible univers pour survivre". Egalement à Ravensbrück, sa mère Émilie est gazée en mars 1945.
"Si j’ai survécu, confiera Germaine Tillion, je le dois d’abord et à coup sûr au hasard, ensuite à la colère, à la volonté de dévoiler ces crimes et enfin, à une coalition de l’amitié." (Ravensbrück, 1988).
Libérée par la Croix-Rouge suédoise en mai 1945, elle consacrera une part de son activité à poursuivre l’étude du système concentrationnaire nazi.

Dès le milieu des années 50, Germaine Tillion va reprendre ses voyages d’études sous le couvert du CNRS. Devenue directrice de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, elle dirige des travaux sur la littérature orale maghrébine, effectue des missions sur le terrain notamment chez les Touareg et observe la condition des femmes.
Entamée dans les Aurès, son analyse de la sujétion des femmes et de leur statut social et économique va s’affiner dans les années soixante. En 1961, elle est mandaté par l’Organisation Mondiale de la Santé pour une enquête sur la condition des femmes qui la conduit dans dix pays du Maghreb et du Proche-Orient. "À notre époque de décolonisation généralisée, notait Germaine Tillion dans "Le Harem et les cousins" (1966), l’immense monde féminin reste à bien des égards une colonie".

Initialement conçue en 2004 par le Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon, l’exposition a été enrichie, avec le concours du Musée de l’Homme, par des objets marquants de la vie de Germaine Tillion provenant du Musée du Quai Branly. On pouvait y voir des "poteries, tissages, petite vannerie et objets de l’alimentation, témoignages des activités des femmes ; vêtements d’hommes et de femmes, base de l’analyse de la société maghrébine, et par extension méditerranéenne en terme de structure de parenté ; objets sauvés du camp de Ravensbrück, correspondances et stratagèmes par lesquels Germaine Tillion préparait déjà ses futurs travaux d’analyse".

Opérette-revue en trois actes, écrite fin 1944 durant sa détention au camp de Ravensbrück, Le Verfügbar aux Enfers n’a été publié qu’en 2005 aux éditions de La Martinière. Le texte, finalement créé en juin 2007 au Théâtre du Châtelet à Paris, entremêle -façon cabaret- théâtre, chant et humour pour garder le moral et résister aux ravages de l’univers concentrationnaire. "Verfügbar", qui signifie disponible, désignait les déportées sans affectation ni travail précis et donc corvéables à merci.

Accueillie début 2005 au Musée dauphinois à Grenoble, sous le nom de "Germaine Tillion. Itinéraire et engagements d’une ethnologue", l’exposition qui lui est consacrée a ouvert ses portes le 19 novembre à Marseille, dans la Tour du Roy René au Fort Saint-Jean. Rebaptisée "Aurès, Ravensbrück, droits des femmes... Germaine Tillion, les engagements d’une ethnologue", l’exposition était exceptionnellement visible du 11 au 13 novembre pendant les Rencontres Averroès.



- 18 septembre 2016, Projection / Deux rencontres - autour de Germaine Tillion, ethnologue et résistante, Paris / Musée de l’homme
- 18 mars 2016, Soirée dédiée à Germaine Tillion : projection du film Germaine Tillion par elle-même, suivie d’un débat animé par Tramor Quemeneur (historien), Corbeil-Essonnes / MJC Fernand-Leger, entrée libre
- 8 octobre 2015, "Germaine Tillion : Les combats d’une ethnologue", Château royal de Blois / Les Rendez-vous de l’histoire
- 17 septembre 2015, "Germaine Tillion ou La pensée en action" : autour de l’assassinat, le 15 mars 1962 à Alger, de six inspecteurs des centres sociaux, en compagnie de Jacques Eloy, président de l’association Mémoire vive qui recueille la mémoire des anciens de centres sociaux, Alain Ruscio, historien, chercheur de l’histoire du colonialisme, Jean-Philippe Ould Aoudia, président de l’association Les amis de Max Marchand, Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons, Paris / Auditorium de l’Hôtel de Ville, par l’association Ciné histoire
- 26 mai - 20 septembre 2015, exposition "Les armes de l’esprit, Germaine Tillion, 1939-1954", Citadelle de Besançon / Musée de la résistance et de la déportation
- 19 juin 2015, journée placée sous l’égide de Germaine Tillion : "Les sciences sociales au XXIe siècle", journée prolongée avec Tzvetan Todorov et Anouk Grinberg, Marseille / MuCEM
- 10 juin 2015, Le Verfügbar aux enfers de Germaine Tillion, Saint-Brieuc / Théâtre national de la passerelle
- 4 juin 2015, Germaine Tillion par elle-même, film de l’association Germaine Tillion, Paris / Institut des cultures d’islam, 56, rue Stephenson, Paris 18e
- 3 juin 2015, "Germaine Tillion", conférence de Tzvetan Todorov (historien, directeur de recherche au CNRS, président de l’Association des amis de Germaine Tillion et auteur de nombreux ouvrages, dont Germaine Tillion, une ethnologue dans le siècle [2002] et Germaine Tillion, une pensée en action [2011]), Lyon / Musée du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation
- 31 mai 2015 à 21 h sur France Musique, Le Verfügbar aux enfers, opérette de Germaine Tillion, par l’Orchestre de chambre Pelléas et le Chœur de la Maîtrise de Paris, dirigés par Hélène Bouchez, création mondiale le 2 juin 2007 au Théâtre du Châtelet à Paris
- 26 - 27 mai 2015, "L’Algérie de Germaine Tillion. Entre ethnologie et politique", journées d’étude organisées par Tassadit Yacine (LAS), Paris / Ehess / Amphithéâtre François Furet, 105, bd Raspail, Paris 6e
- 5 décembre 2013, "Germaine Tillion, vivre ensemble en Algérie", avec Tzvetan Todorov, Marseille / MuCEM
- 5 décembre 2013, projection du film Les Trois Vies de Germaine Tillion, de Gilles Combet (52 min. Fr, 2001)
- 14 - 24 novembre 2013, Une Opérette à Ravensbrück, d’après Le Verfügbar aux enfers de Germaine Tillion, avec Roselyne Sarazin et Christelle Tarry, Paris / Centre Mandapa, 6, rue Wurtz, Paris 13e, Tel. : 01 45 89 01 60
- 13 avril 2013, "J’ai mal à l’Algérie" : Germaine Tillion et Mouloud Ferraoun, lecture croisée, Paris / Cité nationale de l’histoire de l’immigration
- 14 juin - 7 juillet 2012, "Les Femmes d’Alger" de Mustapha Boutadjine, Paris / Vivienne Art Gallery
- 14 juin 2012, Projection du film Les Images oubliées de Germaine Tillion de François Gauducheau, Débat avec Augustin Barbara et Nancy Wood, Cinémathèque de Grenoble, par la revue Ecarts d’identite
- 26 - 28 mai 2010, Colloque international : "L’engagement à travers la vie de Germaine Tillion", Lorient / Université de Bretagne Sud
- 26 mars 2009, "Soirée Germaine Tillion", avec des extraits d’interviews tournés par René Vautier sur Germaine Tillion, le film Les Images oubliées de Germaine Tillion de François Gauducheau, en présence de Pascal Le Meur, Augustin Barbara et Jacques André, Nantes / Archives départementales de Loire-Atlantique
- 28 février 2009, "Germaine Tillion : un siècle, une vie", par Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit, Constantine / Centre culturel français
- 26 février 2009, "Germaine Tillion : un siècle, une vie", par Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit, Alger / Centre culturel français
- 7 février 2009, "Hommage à Germaine Tillion", avec Augustin Barbara et Nelly Forget, projection du film Les Images oubliées de Germaine Tillion de François Gauducheau, 15e Maghreb des Livres à Paris / Mairie du 13e arrondissement, 1, place d’Italie
- 1 décembre 2008, Colloque international "Germaine Tillion anthropologue", Paris / Sénat
> Organisé par l’association France-Algérie
- 20 novembre 2008, "Hommage à Germaine Tillion", par Yasmina Khadra, Jean Lacouture, Nabile Farès, projection du film Les Images oubliées de Germaine Tillion de François Gauducheau, Paris / Centre culturel algérien
- 30 mai - 8 septembre 2008, Exposition : "Germaine Tillion, ethnologue et résistante", Paris / Musée de l’homme - Palais de Chaillot, 17, place du Trocadéro, Paris 16e
- 26 - 27 juin 2008, témoignages, films et débats, Paris / Musée de l’Homme - Palais de Chaillot, Salle de cinéma Jean-Rouch, 17, place du Trocadéro, Paris 16e
- 6 juin 2008, Hommage à Germaine Tillion, Paris / Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Paris 13e, Entrée libre
- 24 janvier - 4 mai 2008, "Germaine Tillion, ethnologue et résistante", Rennes / Musée de Bretagne
- 24 mai - 5 juin 2007 "Résistance(s) : itinéraires et engagements de Germaine Tillion", Paris / Théâtre du Châtelet / Foyer Nijinski, Paris 1er
- 19 novembre 2005 - 3 avril 2006, "Aurès, Ravensbrück, droits des femmes... Germaine Tillion, les engagements d’une ethnologue", Marseille / Tour du Roy René / Fort Saint-Jean, Quai du Port, 13002 Marseille, Tel. : 33 (0)4 91 91 84 57
- 4 février - 8 mai 2005, "Germaine Tillion. Itinéraire et engagements d’une ethnologue", Musée dauphinois, Grenoble
- 27 mai - 14 novembre 2004, Centre d’histoire de la résistance et de la déportation, 14, avenue Berthelot, 69007 Lyon, Tel. : 04 78 72 23 11



+ d’info sur www.germaine-tillion.org

Lire aussi
L’Algérie Aurésienne
Germaine Tillion > Bibliographie


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.