Algeriades > 2017 > Hadj Rahim

  Hadj Rahim (1934-2017)

Le réalisateur de télévision Hadj Rahim est décédé le 13 janvier à Alger, des suites d’une crise cardiaque. Il était âgé de 83 ans. Il a été inhumé le lendemain au cimetière de Sidi-Yahia.

Comme en témoigne une simple visite sur YouTube, le nom de Hadj Rahim reste étroitement associé à l’ex-Radiodiffusion télévision algérienne des années 1970-1980, la RTA de l’âge du noir et blanc, pour laquelle il s’illustra comme l’homme de la caméra cachée, habilement acclimatée dans une société algérienne post-indépendance (que l’on redécouvre au passage) très curieuse d’elle-même et pleine de ressorts.

C’est aussi le meilleur poste d’observation pour entrer dans l’univers du réalisateur qui ne dédaignait pas de faire l’acteur, ce qui nous vaut des apparitions heureuses avec un air de détachement et un masque de grand comique. Car c’était tout Hadj Rahim, Hadji pour les proches et collègues qui l’ont côtoyé dans l’ex-grande maison du boulevard des Martyrs.

Le grand regret, c’est de réaliser que la plupart de journaux et même la télévision qui fut son employeur savent si peu de lui et de ses films et que nous avons, nous-mêmes, attendu sa disparition pour apprendre son grand âge et son engagement durant la guerre d’indépendance. C’est dire qu’avec son air d’éternelle jeunesse souriante, il était d’une grande modestie et plutôt discret.

Comme on peut le lire ici et là, le jeune Hadj Rahim a un temps quitté Alger pour Paris où, entre autres emplois, il découvre la télévision à travers des figurations et la radio où il fut régisseur. C’est également à Paris où il croise l’engagement pour l’indépendance dans l’émigration algérienne.

De retour à Alger au début des années 1970, on le retrouve en particulier au générique des Vacances de l’inspecteur Tahar de Moussa Haddad, dont Hadj Rahim fut l’assistant. Le film, qui compte parmi les plus grand succès publics de la cinématographie algérienne, met en scène une grande figure de comique, Hadj Abderrahmane avec lequel Hadj Rahim aurait fait du théâtre à l’école des Scouts musulmans algériens.

Dans les fictions ultérieures à la séquence de la Caméra invisible, fictions dont Hadj Rahim sera invariablement le scénariste, il se distingue avec Le Mariage des dupes (Ars al moughaffalin, 1978) interprétée par Mustapha El-Anka et Ouardia Hamtouche, et surtout Un aller simple (Mechia bila raj’a, 1980) où il est question d’une famille paysanne emmenée par Hassan el-Hassani, qui cède aux sirènes de la ville, connaît les affres de la désillusion, avant de revenir au village et d’être mortifiée, car, durant leur absence, c’est tout le village qui a changé sous le poids des biens de consommation qu’ils pensaient réservés aux privilégiés citadins.

En 1982, Hadj Rahim s’attele à Serkadji, une fiction sur la prison de Barberousse à Alger, où furent incarcérés et exécutés des centaines de combattants et de militants du FLN-ALN. Après sa diffusion en 1985, le film fera l’objet de critiques d’anciennes détenues dans le quartier des condamnés à mort et leurs témoignages sur les tortures, les privations, les brimades et leur résistance feront la matière de Barberousse mes sœurs de Hassan Bouabdellah.

Après Khoud ma âtak Allah (1983) et la restructuration de l’ex-RTA scindée en deux entités ENTV et ENPA (1986), cette dernière étant destinée à produire pour la première, Hadj Rahim comme beaucoup de réalisateurs rejoint l’ENPA et poursuivra avec La Fin d’une grève (1992), Le Portrait (1994) et un feuilleton Hikayat ennas (2005), mais l’ENPA a entretemps disparu des radars et l’entreprise publique de télévision n’est plus que l’ombre d’elle-même. Et avec elle des talents perdus et peu à peu oubliés comme celui de Hadj Rahim, auquel par ailleurs aucun hommage particulier n’a encore été rendu par le petit écran, sinon par une équipe envoyée à l’inhumation du réalisateur et qui a recueilli les regrets de deux compagnons de route de l’ex-RTA : Moussa Haddad et Ahmed Bedjaoui qui a dirigé le département production au tournant 1980.



Hadj Rahim > Caméra cachée (Ramadan 1972)



Hadj Rahim > Caméra cachée (Policier ou voleur ?, 1970s)



Hadj Rahim > Caméra cachée (Le Perroquet, 1970s)


Filmographie

- Hikayat ennas (feuilleton, 2005)
- Le Portrait (El-Bourtri)
(99 min., ENPA, 1994)
Avec Sirat Boumediene, Omar Guendouz, Fatha Berber, Mohamed Kechroud
- La fin d’une grève (1992)
- Khoud maâtak Allah (RTA, 81 min., 1983)
Avec Hassan el-Hassani, Mahmoud Aziz, Mohamed Debbah, Hadj Smaïn, Nouria
- Serkadji
(100 min., RTA, 1982)
Avec Mustapha Ayad, Said Hilmi, Omar Guendouz, Mohamed Debbah
- Un aller simple (Mechia bila raj’a)
(110 min., RTA, 1980)
Avec Hassan EI·Hassni, Mahmoud Aliz, Hamza Feghouli, Kaci Ksentini, Rabha, Wafia
- "Le Mariage des dupes" (Ars al moughaffalin)
(RTA, 1978)
avec Mustapha El-Anka, Ouardia Hamtouche

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.