Algeriades > 2017 > Mohammed Lakhdar-Hamina | محمد الأخضر حمينة

  Mohammed Lakhdar-Hamina

Hassan terro de Mohamed Lakhdar-Hamina fait partie d’un ensemble de 15 films restaurés et numérisés cette année, parmi lesquels figurent des succès publics des années 1970 comme Les Vacances de l’inspecteur Tahar de Moussa Haddad ou Omar Gatlato de Merzak Allouache.

Aujourd’hui âgé de 83 ans, Mohamed Lakhdar-Hamina revient avec Crépuscule des ombres sur fond de guerre d’indépendance algérienne. Le film met en scène un intellectuel nationaliste (Khaled), un gradé de l’armée français (Saintenac) et un jeune soldat (Lambert) engagé contre son gré en Algérie. Crépuscule des ombres, qui a été terminé dans les temps et soumis aux sélectionneurs lors du dernier Festival de Cannes, n’a pas été retenu.

Cannes 2003 avait déjà vu projeter une version remasterisée de Chronique des années de braise, précédée de la montée des marches du cinéaste lauréat de la Palme d’or. La 60è édition du Festival lui a rendu un nouvel hommage, lors d’une "Journée Algérie" (24 mai).
Au printemps 2007, c’est l’Institut du monde arabe à Paris qui proposait un cycle de projections en hommage au cinéaste. Vingt cinq ans après son dernier long-métrage, Mohamed Lakhdar-Hamina est longtemps resté dans les annales comme le seul Africain et Arabe qui ait été couronné par une Palme d’or au Festival de Cannes, attribuée en 1975 à Chronique des années de braise, une vaste fresque aux accents épiques dédiée à la terre algérienne. Si l’on excepte, depuis, la Palme d’or obtenue par le Franco-Tunisien Abdellatif Kechiche pour La vie d’Adèle en 2013.

En 1966 déjà, Le Vent des Aurès était déjà récompensé du Prix de la première œuvre à Cannes. Dans ce film, une mère erre de camps de détention en casernements de l’armée française à la recherche de son fils arrêté. Avec cette fiction qui emprunte son thème à la vie de son propre père, le cinéaste signait une œuvre au réalisme poignant, traversée par l’interprétation de Keltoum. Ce premier long métrage sera suivi de Hassen Terro, une comédie qui déplace les foules et fait la part belle à Rouiched dans le rôle d’un héros malgré lui.

Dans Décembre (1971) ensuite, Sid-Ali Kouiret tient tête à Michel Auclair dans le rôle de l’officier français qui le soumet à la question et s’interroge. De retour en Algérie, où il est nommé directeur de l’Office pour le commerce et l’industrie cinématographiques (Oncic) en 1981, Mohammed Lakhdar-Hamina tourne Vent de sable, une ode dédiée aux femmes. Le film était en sélection officielle à Cannes.
Avec La Dernière image enfin, qui fut longtemps son dernier long-métrage tourné en 1986, il revenait à son histoire personnelle à travers l’arrivée d’une jeune institutrice française dans un village algérien, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale.

Né en 1934 à M’Sila, le jeune Lakhdar-Hamina a poursuivi une scolarité remuante en Algérie et en France, avant d’être incorporé dans les rangs de l’armée française, de déserter et de gagner Tunis en 1958. Après un stage aux actualités tunisiennes, il poursuit l’année suivante à l’Institut du Cinéma de Prague où il se forme à la prise de vues. A son retour à Tunis, il rejoint le Service Cinéma créé en juillet 1960 par le Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) sous l’autorité de M’Hamed Yazid.

Pour préparer le débat sur la question algérienne à l’ONU en 1959, le ministère de l’Information du GPRA produit Djazaïrouna (Notre Algérie, 1960-61), un film de montage destiné à éclairer la communauté internationale sur les objectifs poursuivis par les maquisards algériens. Djazaïrouna mêle des images de René Vautier (Une nation l’Algérie, 1955 | Algérie en flammes 1954-58) et de Djamel Chanderli, prises au maquis. Sa réalisation fut confiée à Djamel Chanderli, Mohamed Lakhdar-Hamina et le Dr Pierre Chaulet. Yasmina (1961) ensuite, raconte l’histoire de la petite Yasmina, de sa fuite après le bombardement de son village, de son errance avec sa poule jusqu’à la frontière et de sa vie parmi les réfugiés. Le film est de Djamel Chanderli et Mohammed Lakhdar-Hamina qui en signe la photographie.

Avec Djamel Chanderli, Mohammed Lakhdar-Hamina tournera encore La Voix du peuple (1961) et Les Fusils de la liberté (1961). A l’indépendance et outre plusieurs documentaires, il réalise en particulier Le Temps d’une image (1964), sa première fiction. De fin 1963 à 1974, il est directeur de l’Office des actualités algériennes (OAA) qui produit des actualités hebdomadaires et tous ses films de cette période. Il est également rappelé, de 1981 à 1984, pour diriger de l’Office national pour le commerce et l’industrie cinématographiques (Oncic). (Photo DR)



Vidéo > Mohamed Lakhdar-Hamina à propos de Chronique des années de braise (Doc. INA, 19/10/1975, 10’54)

Vidéo > Mohamed Lakhdar-Hamina à propos de Vent de sable


- 24 août 2014, Avant-première, Festival du film francophone d’Angoulême

Crépuscule des ombres (Ghouroub edhilal | غروب الظلال)
(Alg, 2014)
Avec Samir Boitard, Laurent Hennequin, Nicolas Bridet

Sortie : Prochainement



13 octobre 2017 à 15 h, rencontre avec Mohamed Lakhdar-Hamina,
Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch/ Hôtel de ville


13 octobre à 17 h : Crépuscule des ombres de Mohamed Lakhdar-Hamina, Salle Victor-Hugo


- 16 septembre 2012, Chronique des années de braise, Paris / Cité de la Musique
- 16 juillet 2012, Semaine du cinéma algérien au Caire / Cour de l’Opéra, par le Fonds de développement culturel du ministère égyptien de la Culture et l’ambassade d’Algérie au Caire
- 8 juillet 2012, La Voix du peuple de Djamel Chanderli et Mohammed Lakhdar-Hamina (20’, 1961) + Combien je vous aime de Azzeddine Meddour (105’, 1985), 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie : "Naissance d’une nation" / Maghreb des Films à Paris / Cinéma 3 Luxembourg
- 30 juin 2012 : Décembre (120’, 1972), 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie : "Naissance d’une nation" / Maghreb des Films à Paris / Cinéma 3 Luxembourg
- 23 juin 2012, Chronique des années de braise, 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie - "Naissance d’une nation" / Maghreb des Films à Paris / Institut du Monde Arabe
- 14 avril 2012, Chronique des années de braise, Lyon / Institut Lumière / 12e Fenêtres sur le Cinéma du Sud
- 14 mars 2012, Le Vent des Aurès, Cinémathèque de Toulouse / 6e Festival Zoom Arrière - Censure et guerre d’Algérie
- 14 mars 2012, Le Vent des Aurès, Projection en présence du réalisateur, 7e Décade Cinéma et société : El Djazaïr ! France Algérie, du colonialisme à aujourd’hui / Uzerche / Cinéma Louis Jouvet, entrée gratuite
- 27 - 30 janvier 2012, Chronique des années de braise, Le Vent des Aurès, "Voyage de l’autre côté du miroir", Vincennes / Rencontres internationales du cinéma "Patrimoine et prix Henri Langlois"
- 24 janvier - 2 février 2012, Chronique des années de braise, Le Vent des Aurès, "La guerre d’Algérie, images et représentations", Paris / Forum des Images
- 21 janvier 2012, Chronique des années de braise de Mohamed Lakhdar-Hamina, Exposition "Orphelins de Fanon" de Mathieu Kleyebe Abonnenc, Noisiel / La Ferme du Buisson - Scène nationale de Marne la Vallée
- October 5 & 13, 2011, Chronicle of the Years of Ember (Waqai’ Sanawat al-Jamr/Chronique des années de braise), Introduced by Mohamed Lakhdar-Hamina, "Mapping Subjectivity : Experimentation in Arab Cinema from the 1960s to Now, Part II", New York / The Museum of Modern Art
- 20 czerwca 2011, Kronika lat pożogi (Chronique des années de braise), "Kino afrykańskie w Iluzjonie", Warszawie / Filmoteka Narodowa
- 5 novembre - 6 décembre 2009, Hassen Terro, "Cinéma(s) d’Algérie" à Marseille, par l’association Aflam
- 27th Novembre - 7th December 2007, "Tribute to Mohammed Lakhdar-Hamina " : Chronicle of the Years of Ember (Chronique des années de braise), 31st Cairo International Film Festival
- 14 & 20 October 2007, Chronicle of the Years of Ember (Chronique des années de braise), New York / City Cinematheque / Cuny TV
- 14 - 21 October, 2007, Chronicle of the Years of Ember (Chronique des années de braise), Cork Film Festival (Ireland)
- 28 juillet - 3 août 2007, "Hommage à Mohamed Lakhdar-Hamina", Oran / 1er Festival international du Film arabe
- 24 mai 2007, "Hommage à Mohamed Lakhdar-Hamina", 60è Festival international du Film de Cannes
- 3 April - 1 May 2007, ["Algeria Through Its Own Eyes"] (L’Algérie par ses propres yeux), New York / City Cinematheque / Cuny TV
- 11 - 25 mars 2007, "Hommage à Mohamed Lakhdar-Hamina", Paris / Institut du Monde Arabe



> Mohammed Lakhdar-Hamina > Le Site officiel

> Mohammed Lakhdar-Hamina > Le Site du Festival de Cannes

Lire aussi
Le Vent des Aurès
Chronique des années de braise
Crépuscule des ombres de Mohammed Lakhdar-Hamina
Mohammed Lakhdar-Hamina > Filmographie


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.