Algeriades > 2017 > Roberto Matta | روبيرطو ماطا

  Roberto Matta

Après Santiago du Chili, Valparaíso, Valencia, Bilbao, Madrid, New York et Paris, c’était au tour de Rome de célébrer le centenaire de l’artiste chilien né en 1911. Le 22 mai 2012, à l’ouverture des ventes d’art latino-américain chez Christie’s à New York, "La revuelta de los contrarios" ("La Révolte des contraires) a été vendue 5 M$, le double de l’estimation initiale et un record pour Roberto Matta.

Le 27 mars 2012 à Drouot (Paris), la vente par la maison Camard & Associés d’une centaine d’œuvres de la collection Pierre et Geneviève Hebey comptait un ensemble de 8 pièces de Roberto Matta (huiles, dessins, sculpture). Dans le lot, Eve of the Death (Veille de la mort, 1938) était estimée entre 1,5 et 1,8 M€ (2 et 2,4 M$). Le tableau n’a pas trouvé preneur.

Apparaissant aux enchères pour la première fois, le 8 décembre 2011 lors de la vente de tableaux impressionnistes et modernes de Sotheby’s à Paris, The Hanged Man ("Le pendu", 1942) de Matta a réalisé 1,8 M€ (2,4 M$). Le tableau a appartenu au New York Museum of Modern Art avant d’entrer dans une collection privée européenne il y a 40 ans.

Durant le mois d’avril 2009, le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) a acquis "Burn, Baby, Burn" (L’escalade) de Matta. Le tableau de très grand format (298 x 971 cm) est resté dans la collection personnelle de l’artiste jusqu’à sa mort en 2002. Daté de 1965-66, il tient son nom d’un slogan des émeutes de Watts dans le sud de Los Angeles. "Burn, Baby, Burn" renvoyait aux bombardements au napalm par l’armée américaine au Vietnam. Le titre a été repris et popularisé par Magnificent Montague, une charismatique voix soul et R’n’B de l’époque.
Pour Ilona Katzew, la conservatrice d’art d’Amérique latine du musée, "Burn, Baby, Burn" peut être à Los Angeles ce que "Guernica" est à l’Espagne", rapportait le Los Angeles Times (27/04).

Roberto Matta, dont on dit souvent qu’il était le dernier peintre surréaliste, s’est éteint le 23 novembre 2002 à Civitavecchia près de Rome. L’artiste s’est toujours refusé à accorder des interviews et encore moins à être filmé. Proche de l’artiste - elle fut la compagne de son fils Gordon avant sa disparition en 1978-, la documentariste américaine Jane Crawford a réussi à convaincre Matta de laisser entrer une caméra dans son "univers personnel et créatif". Le résultat, Matta : The Eye of a Surrealist a été présenté en mars 2005 au Festival du film sur l’art de Montréal.

Avec des dessins, des projets architecturaux et une douzaine de tableaux, l’exposition de la galerie Daniel Malingue, au printemps 2004 à Paris, proposait de revenir sur le Matta de la première période, au contact du Groupe surréaliste dont il sera exclu en 1948 avant d’être réhabilité en 1959.

Diplômé d’architecture, Roberto Sebastián Antonio Matta Eschaurren, dit Roberto Matta, s’installe à Paris en 1934 et travaille notamment aux plans de la Ville radieuse, dans l’atelier de Le Corbusier. En Espagne l’année suivante, il fait la connaissance du poète Federico García Lorca qui le présente à Dali. De retour à Paris, il rencontre André Breton.

Ce peintre des rêves et des émotions qui garde un pied dans l’architecture, ce défricheur de nouveaux espaces et techniques, exécute ses premiers dessins, puis ses premiers tableaux en 1938. Exilé aux Etats-Unis au début de la guerre, Matta se lie d’amitié avec Tanguy et Duchamp et réalise sa première exposition en 1940 à New York. Dans les années cinquante, certains tableaux sont résolument politiques et font référence au procès des époux Rosenberg (Les Roses sont belles, 1951), à l’usage de la torture durant la guerre d’Algérie (La Question, Djamila, 1957) en passant par la répression dans l’Espagne de Franco (Les Puissances du désordre, 1964) et la guerre du Vietnam (Burn, Baby Burn, 1965-66).

La Question, Djamila a été montré à la deuxième Documenta de Kassel en 1959, puis à Eindhoven, Baden Baden, Londres et Paris. En 1964, c’est au tour du Musée de Darmstadt de le présenter en même temps que Les Roses sont belles. Voir aussi

Né en 1911 à Santiago du Chili, l’artiste n’y est plus retourné à partir de 1973, année du coup d’Etat du Général Pinochet. A la nouvelle de sa mort et après une grande retrospective dans sa ville natale deux ans auparavant, le président Ricardo Lagos a décrété trois jours de deuil national pour honorer la mémoire de l’enfant du pays.

Durant la dictature, la junte militaire avait fait recouvrir une fresque de Matta de 16 couches de peinture. Intitulée "El primer gol del pueblo chileno" (Le premier but du peuple chilien), l’œuvre de 4m x 24m célébrait la victoire du président socialiste Salvador Allende en 1971. Après trois ans de travail de restauration qui ont coûté 43 000 $, la murale surréaliste de Matta est de nouveau visible depuis novembre 2008 à l’hôtel de ville de La Granja, à l’extérieur de Santiago.

Avec Si Cuba, si Argelia tambien, offert en 1964 à l’Algérie indépendante, l’œuvre de Roberto Matta est représentée au Musée national des Beaux-Arts d’Alger. Le tableau était visible, au printemps 2008 à Alger, à la faveur de l’exposition "Les artistes internationaux et la révolution algérienne". (Photo, "Si Cuba, si Argelia tambien", Huile, 200 x 284, Coll. MNBA, Alger)



19 avril - 27 août 2017, "Mondialité", Bruxelles / Foundation Boghossian / Villa Empain


- 3 March - 20 April 2017, paintings by Roberto Matta, London / Robilant + Voena Gallery
- 10 de diciembre de 2015 - 22 de enero de 2016, "Matta. Este lado del mundo", Buenos Aires / Centro cultural Matta de la embajada de Chile
- November 6 – January 9, 2016, Roberto Matta : Matta in the 1950s and 1960s, New York / Pace Gallery
- May 9 – October 15, 2015, Roberto Sebastian Matta : Sculptures, Venice / Garden of Palazzo Soranzo Cappello
- November 3, 2013 - March 2, 2014, "The Surrealists : Works from the Collection",Philadelphia [PA] / Museum of Art
- September 13 – November 4, 2013, "Breaking Ground : 20th-Century Latin American Art", Pasadena [CA] / Norton Simon Museum
- 15 février - 19 mai 2013, "Matta, du surréalisme à l’histoire", Marseille-Provence 2013 / Musée Cantini, 19 rue Grignan, 13006 Marseille, Tel. : 04 91 54 77 75
- 22. September 2012 - 6. Januar 2013, Matta : "Fictions", Hamburg / Bucerius Kunst Forum
- June 21 - September 23, 2012, "Constellations" : Constructivism, Internationalism and the Inter-American Avant-Garde. An exhibit of the permanent collection, Washington DC / Art Museum of the Americas (AMA)
- 29 de mayo - 2 de julio 2012, “Don Qui. El Quijote de Matta”, Litografías de Roberto Matta, Bruselas / Instituto Cervantes
- June 27, 2012, Premiere Screening : "INTIMATTA", a new documentary film directed by the artist’s son, Ramuntcho Matta, Washington, DC / Hirshhorn Museum
- 16 marzo - 20 maggio 2012, Roma / Auditorium Parco della Musica
- 26 novembre 2011 - 15 février 2012, Sculptures en bronze de Roberto Matta, Paris / Maison de l’Amérique Latine, Cour Ovale 1, rue Saint-Dominique, Paris 7e, accès par le 1, rue St Dominique (angle Bld Saint-Germain)
- November 7, 2011 - January 28, 2012, "Matta : A Centennial Celebration", New York / The Pace Gallery
- 9 de septiembre - 23 de octubre de 2011, "Matta : El cubo abierto. Nueva instalación de la Colección Permanente" (Matta : The Open Cube. New installation of the Permanent Collection), Madrid / Museo Thyssen-Bornemisza
- agosto 25 - octubre 30 de 2011, "Zoom Latinoamericano. Colección de Arte FEMSA", Bogotá / Museo Nacional de Colombia
- 11 June - 2 October 2011, "Surrealism : The Poetry of Dreams", Brisbane / Queensland Art Gallery
- 16 de mayo - 21 de agosto de 2011, Museo de Bellas Artes de Bilbao
- 15 febrero - 1 mayo 2011, Matta 1911 - 2011, Institut Valencià d’Art Modern (IVAM)
- December 1st, 2010 - June 30th, 2011, Miami Biennale Inaugural Exhibition :
"Beyond the Erotic. From the Collection of Milagros Maldonado", Man Ray, Roberto Matta and Wifredo Lam, Miami Biennale
- 17 de diciembre - 17 de marzo de 2011, "Arte en América", Santiago de Chile / Centro Cultural Palacio La Moneda
- 27, 28 y 29 de enero de 2011, Valparaíso / Festival de las Artes
- 13 de octubre - 7 de noviembre de 2010, "Roberto Matta : Visiones mágicas, obra en papel" (Chile, invitado de honor), Festival Internacional Cervantino, Guanajuato / Museo Iconográfico del Quijote
- 10 de agosto - 24 de septiembre de 2010, "El Chile de Matta", Santiago / Fundación Itaú / Espacio ArteAbierto, Apoquindo 3457, Las Condes
- 5 de mayo - 23 de agosto de 2010, "Desvíos de la deriva. Experiencias, travesías y morfologías" (Drifts and Derivations : Experiences, journeys and morphologies), Madrid / Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia / Sabatini Building
- December 4, 2009 - January 30, 2010, "Matta : a retrospective", Miami [FL] / Gary Nader Fine Art
- 18 - 23 mars 2009, ArtParis 09 / Grand Palais
- January 30 - February 28, 2009, "Matta : Five Decades of Painting", New York / PW 57 / Pace Wildenstein, 32 East, 57th Street, NY 10022
- 8 janvier - 14 mars 2009, "Traits surréalistes" : Pierre Alechinsky, Edouardo Chillida, Hans Hartung, André Masson, Roberto Matta, Henri Michaux, Antonio Saura, Antoni Tapies, Dessins du Frac Picardie, Creil / Espace Henri Matisse, Quartier du Moulin, 101, rue Jean-Baptiste Carpeaux 60100 Creil, Tel. : 03 44 24 09 19
- 3 novembre 2008 - 30 septembre 2009, Pierre Alechinsky, Gérard Collin-Thiébaut, Sophie Calle,
Jean Dubuffet, Simon Hantaï, Roberto Matta, A.R. Penck, Cinq peintures, une photographie, un rébus
le FRAC, une collection pour un musée, Gap / Musée museum départemental, 6, avenue du Maréchal Foch, 05000 Gap, Tel. : 04 92 51 01 58
- 16 octobre 2008 - 22 février 2009, "De Miró à Warhol, la collection Berardo à Paris", Paris / Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, Paris 6e
- 28 avril - 19 juin 2008, "Les artistes internationaux et la révolution algérienne", Alger / Musée national d’art moderne et contemporain (Mama), 25, rue Larbi Ben M’Hidi, Alger, Tel. : (0)21 30 21 30
- 25 octobre - 15 janvier 2008, "Matta", Paris / Galerie Claude Bernard
- 10 - 20 mars 2005, 23è Festival international du Film sur l’Art (FIFA) de Montréal
- 18 février - 7 avril 2005, "Des artistes pour novembre", Galerie 54 / La Citadelle d’Alger
- 19 mai - 16 juillet 2004, "Matta 1936-1944 : début d’un nouveau monde", Galerie Daniel Malingue, 26, avenue Matignon, Paris 8è, Tel. : 01 42 66 60 33



Lire : Matta
par Paul Haim
(Paris/Biarritz, Séguier, 2001)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.