Algeriades > 2017 > Slimane Benaïssa | سليمان بن عيسى

  El Babor ghraq (Le Bateau coule) de Slimane Benaïssa

Pour ses 50 ans de carrière de dramaturge, comédien et metteur en scène, Slimane Benaissa sera à l’affiche du Théâtre national algérien (Tna), du 13 au 21 juin, avec El Babor ghraq, sa pièce la plus connue. Jouée plusieurs centaines de fois, la pièce revient telle qu’elle a été créée en 1982 avec pour seul changement, l’absence du comédien Sid Ahmed Agoumi, remplacé ici par Mustapha Ayad.
El Babor ghraq devrait être encore visible au Tna en juillet.

Vingt ans après la version française de Rak khouya ouana chkoun ? (Si tu es mon frère et moi qui suis-je ?), que nous avons accueilli à sa création à la salle Ibn Zeydoun (1991), et un an après Le Conseil de discipline à la salle Atlas (2010), qui signait son retour à Alger, Slimane Benaissa a écrit et joué El Moudja welat (Le retour de la vague). En forme de "mémorial poétique", ce poème dramatique sur l’Algérie vient en contrepoint d’El Babor ghraq (Le Bateau coule), son célèbre succès du début des années 80. Pour le dramaturge, El Moudja welat vient clore un long cycle d’écriture. Donné dans une conjoncture de révoltes dans le monde arabe, le monologue fait aussi écho, à sa façon, au "retour de manivelle" sur des "dictateurs qui ont tout spolié".

Révélé en 1974 avec Boualem, zid el goudam (Avance Boualem, avance), Slimane Benaïssa est surtout connu en Algérie pour son travail sur la langue dialectale et pour El Babor ghraq (Le Bateau coule), crée en 1982 et alors interprété par Sid Ahmed Agoumi, Omar Guendouz et Slimane Benaïssa.
La pièce montre trois naufragés en mer. À court de vivres, ils décident que l’un d’entre eux doit être sacrifié. Mais comment le désigner "démocratiquement" ? Cette satire politique, qui épinglait au passage le bourrage des urnes par un parti unique aux scores toujours performants, a connu un très grand succès avant d’avoir des démêlés avec la censure.

Auteur, metteur en scène et comédien, né en 1943 à Guelma, pionnier du théâtre amateur au sein de la troupe Théâtre et culture, Slimane Benaïssa adapte en 1969 La Poudre d’intelligence de Kateb Yacine en arabe populaire. Vingt ans plus tard, en pleine montée de l’intolérance religieuse, il écrit "Rak khouya, ouana chkoun ?" (littéralement "Si tu es mon frère et moi qui suis-je ?"), où deux sœurs s’inquiètent de l’injonction du frère qui s’est mis en tête de leur faire porter le voile.
En 1991, il en réalise une adaptation française intitulée Au-delà du voile. Porté par les comédiennes Fettouma Ousliha et Dalila Helilou, le spectacle est invité au Festival des francophonies de Limoges, puis en tournée. Peu après, Slimane Benaïssa s’établit en France.

En 1996, il met en scène Les fils de l’amertume en collaboration avec Jean-Louis Hourdin. Dans ce spectacle créé en Avignon, Slimane Benaïssa incarne Youcef, un journaliste d’Alger qui vient de recevoir une lettre de condamnation à mort. "Funambules du malheur", les acteurs et les musiciens sont invités à aider Youcef à raconter son histoire. Entre narration et plaidoyer, Les fils de l’amertume dresse un portrait de l’Algérie contemporaine pour essayer de comprendre "ici", la tragédie qui se joue "là-bas".
À l’issue de près d’une centaine de représentations, la tournée du spectacle a pris fin au printemps 1998.

En 1998, il créé Prophètes sans Dieu. La pièce sera jouée en tournée jusqu’en 2003, avant d’être recréée en Belgique dans une mise en scène d’Yves Claessens.

Second volet à Prophètes sans Dieu, Mémoires à la dérive (2004), sera suivi des Confessions d’un musulman de mauvaise foi (2006) et des Papiers de l’amour (2009). Recréée en 2006 par Agnès Renaud, Au delà du voile est régulièrement joué depuis. (Crédit Photo : "El Babor ghraq" de Slimane Benaïssa, 1983, D. R.)



Slimane Benaissa > El Babor ghraq (extrait, tirade Slimane Benaïssa, 10’, vostf)


- 13 - 21 juin 2017, Alger / Théâtre national / Salle Mustapha-Kateb

El Babor ghraq de Slimane Benaïssa
Mise en scène de Slimane Benaïssa
Avec Slimane Benaïssa, Mustapha Ayed et Omar Guendouz


- 17 juin 2013, Ottawa / Centrepointe Studio Theatre
- 14 juin 2013, Québec / Théâtre du Petit Champlain
- 8 juin 2013, Montréal / Salle du Gesù
- 17 - 18 août 2011, Tizi Ouzou / Théâtre régional Kateb-Yacine
- 7 - 14 juin 2011, Alger / Cinéma Sierra Maestra
- 19 mai 2011, Tizi Ouzou / Théâtre régional Kateb-Yacine
- 4, 5 et 6 mai 2011, Béjaïa / Théâtre régional Malek-Bouguermouh

Wel Moudja welat (Le Retour de la vague)
de et avec Slimane Benaïssa
Décor d’Arezki Larbi

Lire aussi
Prophètes sans Dieu
Mémoires à la dérive
Un homme ordinaire pour quatre femmes particulières
La Dernière nuit d’un damné
Les Papiers de l’amour
Les Confessions d’un musulman de mauvaise foi
Au delà du voile
L’Amour à l’Arabière ou Abdel et Aïcha


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.