Algeriades > 2016 > Tahar Djaout

  Tahar Djaout

Le 2 juin 1993, après sept jours de coma profond, Tahar Djaout succombait à un attentat par balles, perpétré contre lui le 26 mai, devant son immeuble de Baïnem près d’Alger. Tahar Djaout ouvrait ainsi la longue liste des intellectuels, écrivains, artistes, journalistes et citoyens assassinés durant la décennie rouge en Algérie.

"Comment vêtir l’absence autrement que par les mots à la présenter corps ou cadavre ?", s’interrogeait l’écrivain dans L’Invention du désert. Vingt trois ans après son assassinat, le verbe du poète n’a rien perdu de sa superbe et nombre d’initiatives rendent régulièrement hommage à cette figure incontournable des lettres algériennes.

Né l’année du déclenchement de la guerre d’indépendance, l’ancien étudiant en mathématiques, puis en sciences de l’information et de la communication à l’Université d’Alger, se considérait "avant tout comme un poète qui écrit aussi des romans". Et ses livres sont autant de balises dans sa prise de parole et le roman de sa propre vie.

Tahar Djaout a également exercé ses talents de chroniqueur littéraire, dans le quotidien El Moudjahid, puis, à partir des années 80, d’observateur avisé de la vie littéraire et artistique dans les colonnes de l’hebdomadaire Algérie-Actualité. En 1992, il participait à la fondation de l’hebdomadaire Ruptures dont il devait prendre la barre. C’est dans l’édition datée du 25 mai 1993 qu’est paru son fameux éditorial intitulé "La famille qui avance et la famille qui recule", lequel, dit-on, a signé son arrêt de mort.

Le poète qui clamait "J’entends monter de vous / La rumeur des fleuves / Et sourdre dans le sein / De vos squelettes têtus / Le refus de hisser / Le pavillon du silence" (Espoir) ; celui qui n’hésitait pas à écrire "Désormais / vos balles ne me font plus peur / et je vais à l’ombre de vos mitraillades / BOUFFER MA COLERE VEGETALE" (Solstice barbelé), Tahar Djaout a été fauché dans la fleur de l’âge.

Une nouvelle fois à l’initiative de l’association culturelle Tussna (Savoir), un colloque (mai 2010, Tizi Ouzou) a été consacré à l’évocation de l’écrivain et journaliste assassiné en 1993. Plusieurs universitaires, écrivains, journalistes et compagnons de route de Tahar Djaout ont pris part à ces journées qui comprenaient une exposition, des lectures et la projection de L’Encre de la liberté, un documentaire de Hocine Redjala sur la liberté de la presse en Algérie.

En 2009, Omar Fetmouche s’est attelé à porter à la scène Les Vigiles de Tahar Djaout. La générale du spectacle a eu lieu le 29 mai à la Maison de la Culture Taos Amrouche de Bejaïa. (Photo D.R.)


Parutions



Les Chercheurs d’os, L’Invention du désert, Les Vigiles, Le Dernier Été de la raison de Tahar Djaout [coffret]
(rééd., Alger, Quipos, 2014)


Tahar Djaout, ce tisseur de lumière de Djoher Amhis-Ouksel
(Alger, Casbah, 2014)


Une mémoire mise en signes. Ecrits sur l’art de Tahar Djaout
(Alger, Kalima, 2014)


- 22 May 2014, Tribute to Tahar Djaout, Helsinki / French Institute
- 13 décembre 2013, Hommage à Tahar Djaout, avec Amin Khène, Adonis, Tahar Bekri, Louis Gardel, Daniel Maximin, Jean-Baptiste Para, Hamid Tibouchi, Lecture par Lyès Salem, accompagné à la guitare par Mathias Duplessy, Paris / Maison de la poésie
- 4 décembre 2013, "Jean Sénac et Tahar Djaout, deux poètes aux destins tragiques", en compagnie de René de Ceccatty (romancier, dramaturge et essayiste), Hamid Tibouchi (poète et peintre), Abdelmadjid Kaouah (poète, journaliste), Hamid Nacer-Khodja (poète et universitaire), amis de Jean Sénac et de Tahar Djaout, Salah Oudahar (Strasbourg-Méditerranée), Lecture : Yan Gilg, Mémoires Vives, Mokhtar Benaouda, Festival Strasbourg-Méditerranée / Librairie Kléber
- 5 - 6 juin 2013, Colloque Tahar Djaout, Faculté des lettres et langues de l’université de Tizi Ouzou, avec le soutien de la Coordination internationale des chercheurs sur les littératures maghrébines (Ciclim), Tizi Ouzou
- 18 mai 2013, Rencontre-hommage : "L’assassinat de Tahar Djaout, 20 ans déjà, un idéal impérissable", Paris / Pavillon Carré de Baudouin, 121, rue de Ménilmontant, Paris 20e
- 15 mai - 2 juin 2013, Exposition : "Les Chercheurs d’os", Paris / Association de Culture Berbère (ACB), 37bis, rue des Maronites, Paris 20e
- 16 février 2013, "Hommage à Tahar Djaout", 19e Maghreb des Livres à Paris / Hôtel de ville
- 22 novembre 2012, "Hommage à Tahar Djaout", en présence de Nabiha Djaout, fille de l’écrivain, Abrous Outoudert, journaliste, directeur de publication du quotidien Liberté et ami du défunt, Louis Gardel, son éditeur au Seuil, Meziane Ourad, journaliste et ami du défunt, et Abderrazak Larbi-Chérif, réalisateur du film documentaire Tahar Djaout, un poète peut-il mourir ? qui sera pojeté à cette occasion, Paris / Centre Culturel Algérien
- 13 octobre 2012, Hommage et lecture par Yvan Tetelbom (Festival Poètes à Paris), Arezki Metref (écrivain), Janine Caraguel (universitaire), Akli Gasmi (ami de Tahar Djaout) et Pierre Bastide (poète et homme de théâtre), Paris / Association de Culture Berbère / 6e Festival international de la Poésie à Paris | 3e Festival de Poésie d’Azzefoun (ex-Port Gueydon)
- 28 mai 2012, "Hommage à Tahar Djaout" : Projection de Tahar Djaout, un poète peut-il mourir ? de Abderrazak Larbi-Cherif, Table ronde animée par Hamid Tibouchi, Amine Khan, Farid Mammeri et Meziane Ourad, Lecture de textes de Tahar Djaout par Sid Ahmed Agoumi, Séquences musicales avec Akli D, Ali Ideflawen et les 3K, Paris / Cabaret Sauvage

- 26 - 27 mai 2010, Colloque : Tahar Djaout, une oeuvre, un engagement, Tizi Ouzou / Maison de la Culture Mouloud Mammeri

- 13 janvier 2010, Tlemcen / Maison de la Culture
- 12 janvier 2010, Sidi Bel Abbès / Théâtre régional
- 11 janvier 2010, Ain Defla / Maison de la Culture
- 9 janvier 2010, Mascara / Maison de la Culture
- 8 janvier 2010, Oran / Théâtre régional
- 7 janvier 2010, Mostaganem / Maison de la Culture

- 8 - 9 juillet 2009, Colloque Tahar Djaout, Théâtre régional de Bejaia

- 27 mai 2009, "Hommage à Tahar Djaout", Lecture de textes par Christiane Corthay, Paris / Association de Culture Berbère
- 17 - 23 mai 2008, "Hommage à Tahar Djaout", Maison de la Culture Mouloud Mammeri | Université de Tizi Ouzou | Maison de Jeunes de Aïn el-Hammam
> Par l’association Tusna de Aïn el-Hammam
- 19 - 23 septembre 2007, "Hommage à Tahar Djaout", 1er Salon international de la Poésie à Paris
- 6 novembre 2006, "Hommage à Tahar Djaout", 11è Salon international du Livre d’Alger / Stand de l’ANEP


- 19 mai 2009, Générale, Béjaïa / Maison de la Culture Taos Amrouche

Les Vigiles
D’après le roman de Tahar Djaout
(Paris, Le Seuil, 1991)
Adaptation et mise en scène de Omar Fetmouche
Avec Farid Cherchari, Kamel Chamek, Belkacem Kaouane, Rachid Maâmria, Djohra Dereghla, Ahcène Azezni, Nassima Kajtoul, Nassima Mohdeb et Mounia Aït Meddour



Les Suspects
un film de Kamel Dehane
(115 min., Bel/Fr/Alg, 2003)
adapté des Vigiles de Tahar Djaout
(Paris, Le Seuil, 1991)

Lire aussi
Tahar Djaout > Bibliographie


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.