Algeriades > 2017 > Cabaret Tam Tam | كاباري طام طام

  Cabaret Tam Tam

Dans la continuité des Folles nuits berbères et de Barbès café, le nouveau spectacle du Cabaret sauvage entend ranimer la féérie des cabarets orientaux du Paris de 1940 à 1980, des cabarets aux noms évocateurs comme El-Djazaïr (rue de la Huchette), El-Koutoubia (rue des Écoles), la Casbah (rue de la Harpe), le Bagdad (rue Saint-André-des-Arts) ou Les Nuits du Liban, qui attiraient le Tout-Paris mondain. Cabaret Tam Tam tient son nom de l’un d’entre eux, ouvert au tournant 1950 par Mohamed Ftouki, rue Saint Séverin à Paris. Tam Tam est l’acronyme de Tunisie-Algérie-Maroc et Mohamed Ftouki n’est autre que le père de la future étoile Warda el-Djazaïria.

Dans ces hauts lieux de la nuit parisienne, officiaient des figures de la scène maghrébine du Paris de l’entre-deux-guerres comme le chanteur, auteur-compositeur et comédien algérien Mohamed el-Kamel et le crooner judéo-algérien Salim (Simon) Halali. C’est à eux que l’on doit, en particulier, le genre flamenco chanté en arabe, avec des airs qui deviendront des standards comme "Mahani ez-zine", "Dor biha ya chibani", "Nadera" ou "Andaloussia".

Dans un décor de cabaret oriental et une mise en scène signée Géraldine Benichou et Méziane Azaïche (l’instigateur du projet et aussi le maître des lieux), le spectacle rassemble une troupe enjouée de chanteurs, de musiciens, de danseuses et d’un acteur-bateleur en meneur de revue, Sylvain Bolle Reddat dans le rôle de Clik Clak Kodak, qui se charge de nous introduire dans les grandes heures des cabarets orientaux du Quartier Latin et dans sa galerie de souvenirs de photographe du Cabaret Tam Tam. Il est aidé en cela par Dehya Azaïche (attention talent) en jeune serveuse pétillante et rebelle, dont le rôle invite à être développé.

Sous la houlette de Nasreddine Dalil (direction musicale et flûte), la chanteuse Samira Brahmia et le musicien Hafid Djemai (mandole, banjo, chant) s’imposent avec aisance pour redonner vie à un répertoire que le public connaît bien et sur lequel les spectateurs-convives n’hésitent pas à investir la piste lorsque les danseuses (et une circassienne) cèdent la place.

Dans ce spectacle vivifiant et joyeux qui devrait rapidement trouver sa vitesse de croisière, la compagnie du Cabaret Tam Tam s’y entend pour revisiter avec chaleur et brio une quinzaine de standards, parmi lesquels "Mahani ez-zine", popularisé en son temps par Salim Halali, "Si levhar ghar dine" par Bahia Farah, "Haramt ahibek" par Warda el-Djazaïria, "J’en ai marre, c’est fini" de Cheikha Rimitti et "El-Moudawana" par la Marocaine Najat Aatabou



12 - 21 avril 2017, relâche les 16, 17et 18 avril, Paris / Cabaret sauvage


- 28 mai 2016, Vaulx-en-Velin / Centre culturel Charlie-Chaplin
- 21 mai 2016, Montpellier / Domaine d’O / Festival Arabesques
- 1 et 2 avril 2016, "Les Rendez-vous de la Danse", Paris / Institut du monde arabe
- 2 - 12 mars 2016, Paris / Cabaret sauvage
- 11 mars - 3 avril 2015, Paris / Cabaret sauvage


Cabaret Tam Tam (création)
Sur une idée originale de Méziane Azaïche
Ecriture du spectacle : Sylvain Bolle-Reddat
Mise en scène : Géraldine Benichou & Méziane Azaïche
Direction musicale : Nasredine Dalil
Avec Samira Brahmia (chant & guitare) • Sylvain Bolle Reddat (comédie) • Dehya Azaiche (comédie & danse) • Nasredine Dalil (chant & flûte) • Malik Kerrouche (guitares) • Amar Chaoui (percussions) • Hichem Takaoute (basse & chant) • Hafid Djemai (chant & guitare) • Mustapha Mataoui (claviers & accordéon) • Philippe Bonnet (batterie) • Mariangeles Kalamar (circassienne, danseuse de cerceaux) • Assia Guemra (chorégraphie & danse) • Lina Menzer (danse) • Erika Raja Klein (danse)
Et aussi : Naima Yahi (conseillère historique) • Annick Lebedyk (costumes) • Yann Lemetre (son) • Aziz Smati (vidéos)

Lire aussi


Home | © algeriades 2000 - | Contact | |
Aucune reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation préalable de l'éditeur.